Voici la lettre que j'adresse ce jour au ministre des transports concernant la situation du SERNAM .

 

Monsieur Thierry MARIANI

Ministre des transports

Hôtel de Roquelaure

246 Boulevard Saint Germain

75 700 Paris

 

Bordeaux, le 3 avril 2012

 

Monsieur le Ministre,

 

Sept ans après sa privatisation et son rachat par un fonds d’investissements, le SERNAM et ses 1600 salariés se trouvent dans l’impasse. L’actionnaire principal, le groupe Butler Capital Partners a décidé d’abandonner les salariés, sans aucun état d’âme, recherchant d’autres placements jugés plus rentables. Une logique financière qui ne cesse d’occasionner des dégâts sociaux toujours plus graves. Sur le site de Bègles ce ne sont pas moins de 80 salariés qui sont concernés ajoutant encore à une situation girondine déjà très impactée par le chômage et la précarité.

 

C’est là le résultat tout à la fois de la libéralisation du secteur en Europe et de l’abandon progressif du transport ferroviaire de marchandises, qui reste pourtant la solution d’avenir compatible avec la sécurité et l’environnement. Une nouvelle fois ce sont les salariés qui sont victimes des choix des gestionnaires et de leurs intérêts financiers à court terme, alors que ces derniers ont largement tiré profit de cette privatisation et des opportunités foncières que permettaient les actifs du SERNAM.

 

Les pouvoirs publics ne peuvent rester silencieux devant de telles méthodes. Il n’est pas acceptable de maintenir les employés du SERNAM dans l’incertitude plus longtemps. Il est donc déterminant que vous interveniez pour que la SNCF, à l’origine du démantèlement de ce secteur, assume toute sa responsabilité sociale en  garantissant à tous les salariés leur emploi. La proposition actuelle de Geodis du groupe SNCF, reste aléatoire et sacrifie des centaines d’emplois. 

 

Quant au groupe Butler et ses dirigeants, ils illustrent parfaitement la proximité entre le pouvoir politique et la grande finance, son PDG Walter Butler  ayant  été respectivement, inspecteur au ministère des finances, conseiller du ministre de la culture François Léotard puis directeur exécutif de la banque d’affaires Goldman Sachs. Ils  ne peuvent donc en aucun cas être exonérés de leurs propres responsabilités et se doivent d’être associés à la solution garantissant l’emploi à tous les salariés du SERNAM.

 

Dans l’attente de votre intervention pour garantir concrètement les emplois des salariés du SERNAM, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, mes salutations distinguées.

 

 

Jean Jacques PARIS

Conseiller Général de Bègles

Vice-président du Conseil Général