Bienvenue sur le blog de
Jean-Jacques Paris

Des nouvelles de Bègles...

Fil des billets - Fil des commentaires

Carte scolaire des collèges: réfléchissons ensemble !

Jean Jacques Paris conseiller Général de Bègles vous invite

à un espace citoyen cantonal

 

  

 

« 18 mois après l’élection, je vous propose une rencontre

pour faire un premier bilan de mandat et réfléchir ensemble à la modification de la carte scolaire des collèges»

 

le Jeudi 27 septembre 2012 à partir de 19h00

Salle Jean-Lurçat

20 rue Pierre et Marie Curie à Bègles

 

 

 

Sernam : Poursuivre l’action pour que la SNCF prenne toutes ces responsabilités

Mercredi 18 juillet a eu lieu la table ronde que je réclamais depuis plusieurs mois concernant le devenir des 70 salariés du SERNAM de Bègles confrontés depuis le mois d’avril à la liquidation de leur entreprise.

Une table ronde présidée par Monsieur le Préfet de Région à laquelle ont participé les services de l’emploi de  l’Etat, des élus ou leur représentant, les collectivités locales, la CGT et Solidaires représentant les salariés et le directeur général adjoint de SNCF GEODIS.

Cette réunion a permis de faire le point sur la situation des salariés en ce début d’été.

Sur 70 salariés du site de Bègles 38 ont été « repris » par GEODIS essentiellement des chauffeurs, des manutentionnaires et des commerciaux.

Sur les 32 salariés non repris 21 n’ont toujours pas retrouvé d’emplois.

Une situation inacceptable  alors que la SNCF qui a une lourde responsabilité dans la situation des salariés de son ancienne filiale avait pris des engagements quand à leur reclassement.

Ainsi dans une réponse datée du 27 juin au sénateur Gérard César que j’avais saisi de cette question comme l’ensemble des parlementaires girondins et qui avait lui-même interpellé le président de la SNCF Guillaume PEPY, ce dernier indiquait « que les candidats non repris dans l’offre CALBERSON (Geodis) se verraient proposer des postes sur d’autres activités. »,et il s’engageait plus encore en écrivant : « J’ai souhaité que des postes soient identifiés dans les filiales de SNCF en Région .Cette action est en cours et j’attache une importance particulière à ce qu’elle soit menée avec la plus grande précision et efficacité ».(Cf pièce jointe)

J’ai donc informé les participants de la table ronde de cet engagement écrit du président de la SNCF qui devrait permettre de trouver facilement une solution pour les 21 salariés concernés, ceci d’autant plus que le représentant de la CGT cheminot a rappelé que dans la programmation de recrutements  en 2012 sur la région SNCF, il restait 86 recrutements à faire !

Le préfet a donc décidé de s’adresser au directeur régional de la SNCF et le Directeur général adjoint de SNCF GEODIS également afin de décliner localement les engagements pris nationalement!

A également été acté une nouvelle réunion à la rentrée permettant de vérifier la réalité des offres d’emplois proposées dans la Région par le groupe SNCF et le  retour à l’emploi des 21 salariés de SERNAM encore concernés.

Vous pouvez compter sur ma détermination à ne rien lâcher sur ce dossier !

 

On n'a pas tous les jours 20 ans

Ce samedi 30 juin l'association Jeunesse Universelle fêtait ses 20 ans d'existence.Un anniversaire malheureusement assombri par la disparition brutale de Claudine ,l'animatrice qui durant ces dernières années a oeuvré avec beaucoup de détermination et de générosité ,pour développer avec les enfants ,les jeunes et les familles,des initiatives et de multiples activités.Autant d'efforts partagés par toute une équipe pour faire vivre la citoyenneté ,conforter le lien social dans le quartier mais aussi favoriser les échanges dans la commune et avec d'autres communes.L'hommage rendu par les centaines de béglais était à la hauteur du travail accompli et l'émotion transpirait dans chaque parole prononcée,comme dans chaque image projetée retraçant les 20 ans d'une bataille féconde pour faire exister l'association malgré tous les aléas et les obstacles.Des difficultés grandissantes depuis une dizaine d'années avec le chantier mis en oeuvre dans le cadre de l'ORU.Un traumatisme pour beaucoup d'habitants tant les travaux s'éternisent et multiplient les nuisances de toute sorte pour un résultat diversement apprecié.Il faut reconnaitre que la densification à outrance n'est pas sans concéquence sur le lien social en restreignant considérablement l'espace public.Si personne ne remet en cause l'idée qu'il fallait rénover le quartier ,l'expérience montre qu'il aurait fallu s'y prendre autrement en ayant le soucis des habitants,de leur vie quotidienne et du lien social à préserver avant tout.Pour ses 20 ans l'équipe de Jeunesse Universelle nous a rapellé le rôle et la place que pouvaient tenir les citoyens dans leur quartier pour le plus grand bien de tous.

J'étais parmi eux pour cette belle soirée pour préparer l'avenir.

Pour prolonger le débat je vous invite à prendre connaissance dans la pièce jointe à ce billet d'un excellent article du monde qui montre qu'en terme de rénovation urbaine il est possible de faire autrement et que d'autres ont fait autrement.

 

Et le pluralisme ??...

Monsieur le Directeur des Editions Gironde

                                                                     Journal Sud Ouest

                                                                     23 quai des Queyries

                                                                     CS 20001

                                                                     33094 Bordeaux cedex

 

                                                                     Bordeaux, le 12 juin 2012

 

Monsieur le Directeur,

 

Lecteur fidèle de Sud Ouest, je voudrais vous faire part de mon étonnement à la lecture de votre édition de samedi 9 juin 2012, veille du scrutin législatif.

 

En effet, en pleine page figure une interview de Monsieur Noël Mamère, candidat sur la circonscription, au sujet du devenir du stade Moga. Sujet plusieurs fois traité auparavant et dont le caractère n’apporte aucune information nouvelle. De là à penser qu’il s’agit d’un dernier coup de main à la campagne du député, personne ne le croirait, la rédaction du journal étant beaucoup trop attachée à la liberté de la presse. D’ailleurs, pour que les lecteurs ne négligent pas l’article concerné, un titre accrocheur figure à la une avec une photo et un renvoie à la page 16 du journal, et vous pouvez découvrir alors Monsieur Noël Mamère en grand défenseur d’une fabuleuse opération d’agrandissement du stade béglais, pour lequel il part en croisade pour glaner des fonds publics et réaliser son rêve.

 

Si je peux comprendre que le journal Sud Ouest soit friand de toutes les polémiques autour du devenir des stades de Bordeaux et de Bègles, n’aurait-il pas été plus respectueux du suffrage universel, alors que la campagne du premier tour était close d’en différer la publication de quelques jours ?

 

De plus cela aurait laissé un peu de temps à la rédaction pour solliciter l’avis d’autres élu(e)s de différentes sensibilités sur la question.

 

J’avais pour ma part eu l’occasion de donner mon avis auprès de vos collaborateurs sans pouvoir jusqu’à  ce jour m’exprimer dans vos éditions. Il me semble pourtant qu’un tel projet intéresse au plus haut point tous les béglais, et au-delà les contribuables girondins et qu’il ne peut être soumis au seul point de vue et à la volonté d’un seul homme.

 

Persuadé que vous serez sensible à mon souci d’équité, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, en ma considération.

Jean-Jacques PARIS

Conseiller Général de Bègles

Vice-président du Conseil Général

 

Espace Citoyen Cantonal jeudi 9 juin 2011 18h30 salle joliot curie

Jean Jacques Paris conseiller Général de Bègles vous invite

à un espace citoyen cantonal

« Un nouveau mandat qui commence. Toujours à votre écoute je vous propose une rencontre pour aborder les politiques départementales »

le Jeudi 9 juin 2011 à partir de 18h30

Salle Joliot Curie 31 rue I et F Joliot Curie à Bègles

 

Nouvelle extension de carrefour rives d'arcins: j'allerte le maire de bègles et sa majorité

 

 

 

 

 

Monsieur Noël MAMERE

Député Maire de Bègles

Hôtel de ville

Rue Calixte Camelle

33 130 Bègles

 

 

Bègles, le 28 février 2011

 

 

 

Monsieur le Maire,

 

Lors du conseil municipal du 18 novembre 2010 il a été décidé de solliciter le Préfet en vue d’engager une procédure d’enquête publique conjointe sur le dossier de restructuration de la galerie marchande et de création d’un parking en superstructure sur la zone commerciale des rives d’Arcins.

 

En effet, cette enquête publique est obligatoire  pour tout permis de construire d’une surface commerciale supérieure à 10 000 m2 et parce que le projet se situe sur un site classé par l’Etat « Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

 

Comme cette restructuration est une démolition reconstruction de la galerie marchande adossée à l’hypermarché Carrefour  et qu’elle ne constitue donc pas une nouvelle extension de la surface commerciale, il n’a pas été nécessaire de solliciter une autorisation de la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) et je n’ai donc pas été sollicité, comme il est d’usage, pour donner mon avis en tant que Conseiller Général.

 

A l’inverse le 20 octobre dernier, j’étais sollicité dans ce cadre pour une nouvelle demande d’extension de la surface commerciale de l’Hypermarché  Carrefour de 1400 m2 ,extension dont le projet est lié à la restructuration de la galerie commerciale. J’avais alors émis un avis négatif en m’appuyant sur le fait  «  que ce secteur est déjà très marqué par la saturation de la circulation automobile et que l’agrandissement permanent de la grande distribution continue de se faire sur le dos des petits commerces de proximité qui participent de l’histoire de la commune et du lien social qui y règne encore. »

 

La Commission a partagé mon appréciation et a émis un avis négatif.

 

Cependant, il semble que Carrefour ait de nouveau sollicité une autorisation auprès de la commission nationale en s’appuyant sur l’avis positif de la commune de Bègles !

 

Je considère avec de nombreux citoyens, Monsieur le Maire, que nous avons l’opportunité de mettre un terme à la croissance effrénée de la grande distribution sur notre commune  et de réfléchir à la mutation de ce secteur.

 

En effet, tout démontre que le mode de production et de consommation que représente la grande distribution est source de destruction sociale et écologique et que de plus en plus le mouvement est à une relocalisation dans les centres villes des zones de consommation.

 

C’est pourquoi je vous propose, monsieur le maire, de saisir cette opportunité en donnant un avis négatif de la commune de Bègles lors de l’enquête publique de restructuration de la galerie marchande et bien entendu de ne pas apporter un soutien de  notre commune   à Carrefour dans sa demande d’autorisation d’extension auprès de la commission nationale.

 

Je crois que nous pouvons rassembler une majorité de nos concitoyens sur cette proposition et permettre à Bègles  d’anticiper les nécessaires mutations en terme de consommation et de production plus économe en émission de gaz à effet de serre.

 

Dans l’attente de votre intervention je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, mes militantes salutations.

 

 

 

Jean-Jacques PARIS

Conseiller municipal  «  Bègles pour tous »

Conseiller Général de Bègles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sujet du financement de la LGV

Je lis aujourd'hui un article de sud ouest sur le financement de la LGV Tours Bordeaux qui "oublie" que les conseillers généraux communistes se sont exprimés à de multiples reprises pour dénoncer le financement de cette infrastructures et le recours à un dispositif de partenariat public privé.

Je vous communique donc mon intervention en séance plénière du conseil général en juin 2010... Vous avez en pièce jointe également mon intervention à la tribune du conseil général dénonçant la décision du groupe socialiste de voter le recours à un partenariat public privée pour la construction de 12 bâtiments sociaux du Conseil Général...

 

 

 

 

 

CONSEIL GENERAL DE LA GIRONDE  - SEANCE PLENIERE DU 24 JUIN 2010

 

Approbation du protocole d’intention pour la réalisation de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Groupe Communiste

INTERVENTION DE JEAN JACQUES PARIS

 

Monsieur le Président, Cher, Chère Collègue,

 

Vous connaissez la différence qui nous habite sur cette question.

 

Lors de la préparation du Grenelle de l’environnement, il y a deux ans, le taux de subvention publique préconisé par le gouvernement pour les financements des Lignes à Grande Vitesse retenues devait être inférieur à 30%, ce qui autorisait à penser que l’Etat et l’Europe pourraient assumer leur choix de mettre en place un Partenariat Public Privé pour la construction de la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique.

 

En fait, le groupe Vinci qui emporte la mise pour Tours-Bordeaux réclame une subvention supérieure à 50% de l’investissement d’un montant approximatif de 7,8 milliards d’euros. Le groupe Vinci compte également sur le montant du péage que devra acquitter la SNCF pour emprunter l’infrastructure. Investissant 3,8 milliards d’euros environ le groupe Vinci réclamerait 250 millionsd’euros par an pendant 50 ans. Il nous est en fait demandé de consacrer 4 milliards d’euros de fonds publics tirés de la fiscalité locale et nationale toujours plus injustes, pour assurer aux actionnaires de Vinci un taux de rendement supérieur à 5% (ce n’est pas si mal comparé au Livret A)  par an durant 50 ans. Une recherche de rentabilité qui se fera toujours plus au détriment de la sécurité du réseau et aggravera les inégalités sociales sous la pression de tarifs toujours plus élevés.

 

 Le dossier qui nous est présenté contient lui-même les interrogations que nous sommes en devoir de nous poser. Il traduit un flou inquiétant quant au coût définitif et au montant des subventions attendues des collectivités.

 

Comment pourrions nous retenir un taux de subvention sans même connaître le montant définitif de l’investissement ? Une raison de plus, s’il en fallait, pour ne pas accepter que le Conseil Général beaucoup trop impacté par l’aggravation de la situation sociale s’engage sur un tel montage financier, préjudiciable à toutes les politiques publiques qu’il se doit d’assurer dans l’intérêt général.

 

D’ailleurs, en quoi gagner une heure de trajet entre Paris et Bordeaux présente t’il un intérêt majeur départemental qui pourrait justifier la participation du Conseil Général ?

 

Nous continuons de penser que le financement des LGV est du ressort exclusif de l’Etat et de l’Union Européenne car il sert avant tout à relier les grandes métropoles entre elles et profitemajoritairement aux couches sociales les plus aisées.

 

Bien entendu le rapport s’efforce de trouver des bonnes raisons d’engager le Département mais sans grandes convictions cependant.

 

 Même la participation de l’Union Européenne n’est pas certaine, et en tous cas pas arrêtée. Quoique évoquée, la mixité voyageurs marchandises de la nouvelle infrastructure n’est pas du tout assurée. La contribution de Réseau Ferré de France est subordonnée aux comptes de l’entreprise.

 

Vous conviendrez avec moi que ce n’est pas le moment, alors que l’Etat cherche par tous les moyens à corseter les collectivités locales et particulièrement la nôtre, d’aliéner à ce point nos capacités de financement et notre liberté d’administration et de choix.

 

Même la dimension environnementale n’est pas prise en compte précisément.

 

L‘impact supposé en la matière restera largement négatif compte tenu des faibles moyens qui seraient consacrés pour en atténuer les effets en matière de paysage, de biodiversité comme des nuisances sonores notamment dans les communes de l’agglomération traversées.

 

Même si nous mesurons la situation inconfortable vis-à-vis des autres collectivités dans laquelle se trouve le Président de notre Assemblée, nous ne pouvons que regretter que notre collectivité qui a bien du mal à boucler ses budgets se plie à une telle injonction de l’Etat qui n’assure en rien ses obligations.

 

Nous voterons contre ce dossier.

 

Jean-Jacques PARIS

 

 

 

 

 

Election cantonale :Prochaine réunion publique !

Prochaine réunion publique sur le thème :Les services publics sont notre richesse !

Parlons-en !

JEUDI 3 MARS 20 heures 30  Salle Jean Lurcat

 

 

 

Mon intervention lors de ma cérémonie de voeux aux Béglaises et aux Béglais

 

 

 

 

 

Même si l’avenir nous parait incertain, nous allons tenir bon ; individuellement et collectivement nous allons faire en sorte que l’avenir s’éclaire progressivement pour dégager l’horizon.

Comme le dit Woody Allen « l’avenir m’intéresse, car c’est là que je vais passer le reste de ma vie » ou encore Aragon « L’amour et l’avenir sont un même combat il ne faut à la nuit jamais tout à fait croire ».

Aussi et ce sera mon message 2011, la meilleure façon de croire en l’avenir c’est encore de le construire. C’est ce que je vous souhaite à toutes et à tous, qui êtes des acteurs quotidiens de la vie en société, à Bègles comme ailleurs.

 

Je tiens à vous remercier, tout d’abord, vous salariés du Conseil Général, travailleurs sociaux confrontés chaque jour à ceux qui souffrent le plus de la situation sociale continuellement dégradée, tous les clignotants marquent une aggravation et vous continuez d’arrache pied à remplir vos missions publiques en direction de la PMI, de l’ASE, de l’insertion, pour lutter contre les discriminations et les exclusions de toutes sortes.

 

Vous agents techniques des collèges qui vous efforcez de remplir avec application toutes les tâches, parfois ingrates, pour assurer à nos jeunes les meilleures conditions d’accueil.

Vous les pompiers qui êtes appelés à intervenir si souvent dans nos cantons pour la sécurité des populations.

 

Mais aussi vous salariés de structures financées ou agrées par le Conseil Général et qui participez à remplir également des missions d’intérêt général.

Educateurs de la prévention, assistantes maternelles, agents des maisons de retraite, ou d’établissement accueillant des personnes handicapées, associations de protection de l’enfance et leurs équipes.

 

Le Département est bien cette institution qui participe du service public dans de multiples secteurs de la vie locale.

 

Mais je veux également remercier chaleureusement les partenaires que sont les enseignants et chefs d’établissements de nos collèges béglais qui dans un contexte très difficile pour le service public d’éducation qui voit ses moyens régresser, s’emploient chaque jour à former nos collégiens pour en faire des citoyens avertis.

 

Je veux remercier tous les professionnels qui interviennent sur notre canton pour que les services fonctionnent et répondent au mieux au rythme de la vie locale des habitants comme des entreprises.

 

Peut-on imaginer une organisation humaine sans service public ? Nous avions bien raison de dire fort que les services publics sont une richesse, et qu’il faut les développer et les démocratiser, et en inventer d’autres pour que chacun puisse accéder aux droits fondamentaux.

C’est le vivre ensemble la civilisation qui l’exigent.

 

Je veux également remercier le petit commerce béglais et tous ceux qui par leur ténacité le font exister, son rôle reste majeur dans la vie de nos quartiers, et ils ont du courage pour faire face à la concurrence de la grande distribution. Mais les choses évoluent, qu’ils tiennent bon. Il en est ainsi de tout le réseau de petites entreprises nombreuses à Bègles qui doivent faire face à une période de croissance molle et à une baisse du pouvoir d’achat généralisée.

Enfin pas tout à fait puisque les dividendes versés par les entreprises aux actionnaires ont continué d’augmenter (236 milliards d’euros), plus que leurs investissements qui eux ont baissé à 191 milliards d’euros seulement.

Voyez il y a de la richesse, encore faudrait-il qu’elle soit utile à la société.

 

Je veux également remercier tous les militants qui ne lésinent pas quand il faut donner de son énergie.

 

Les syndicaliste bien sûr, ceux de l’union locale, ceux des cheminots, ceux de la poste, des enseignants, d’Avenance, de la mairie et du Conseil Général bien sûr, toutes celles et tous ceux qui ont animé la bataille sociale tous ces derniers mois pour que le peuple reste debout face à la crise financière, ses conséquences sur l’économie et les dégradations sociales qui en découlent, alors que les tenants du libéralisme économique en profitent pour imposer l’austérité à tous les peuples d’Europe, des gouvernants aux ordres des marchés financiers pour garantir les profits qui ont très vite retrouvé leur bonne santé. C’est clair l’austérité pour les peuples est la contrepartie de l’explosion de la rente financière. C’est une logique mortifère pour la société, c’est bien à cela qu’il faut s’attaquer pour changer l’ordre des choses et remettre l’Humain au cœur d’un nouveau mode de développement.

 

Je veux souligner également avec force le rôle irremplaçable de tous les acteurs du mouvement associatif sans qui la vie locale serait bien amorphe.

Toutes celles, tous ceux qui font vivre tout au long de l’année les clubs sportifs béglais permettant à nos jeunes de développer leurs qualités physiques et morales. Un mouvement sportif très actif dans ce canton porté essentiellement par des bénévoles et qui ne dispose plus vraiment des moyens nécessaires. La tâche est souvent ingrate, il faut donc y participer.

La tâche n’est pas plus aisée pour les associations culturelles alors que les crédits sont sans cesse réduits, mettant en danger bon nombre de compagnie et d’initiatives et manifestations.

Tous ces citoyens qui font de Bègles une ville, un canton attachant avec une vie sociale intense méritent tout notre respect, ils sont pour moi la motivation profonde de mon engagement pour le bien public.

 

La solidarité n’est pas un vain mot, trop souvent galvaudé, elle est présente dans le mode de vie de beaucoup de béglais. Nous l’avons héritée de nos anciens, dans cette culture ouvrière où s’entraider était le moyen le plus sûr pour faire face aux difficultés et passer de bons moments de convivialité.

 

J’y pense avec émotion alors que dans la journée d’hier notre ami Claude Scipion nous a quitté. Il m’avait passé la main en 1985, alors qu’il était en pleine possession de ses moyens et qu’il aurait pu continuer encore longtemps dans ses fonctions d’élu. Mais il avait préféré préparer l’avenir en accompagnant avec beaucoup d’attention la plus jeune génération. Cette confiance là ne s’oublie jamais, elle tient vraiment chaud.

Conseiller général de Bègles il avait assuré la Vice Présidence aux affaires sociales du Département et avait initié de nombreuses politiques de solidarité dans les cantons, tout comme il avait contribué efficacement à développer la politique sportive dans la commune. Il a terminé sa vie dans un établissement médicalisé à Cadaujac, lui qui avec Simone Rossignol et René Duhourquet avait porté le projet de la maison de retraite Manon Cormier, construite en plein centre de la commune dans un quartier qui allait voir se développer les services publics. Faute de place, il n’a pu y résider, comme beaucoup d’autres béglaises et béglais. La solidarité doit se concrétiser par des actes forts et pour les élus cela doit se traduire notamment par la réalisation d’équipements pour toutes les générations.

 

J’affirme qu’à Bègles nous avons pris beaucoup de retard ces dernières années, il est temps de rattraper

 

La solidarité c’est aussi tous les bénévoles des associations ancrées dans nos quartiers, les comités de quartiers qui restent toujours très présents et par leurs initiatives intéressent les habitants au devenir de la commune.

 

Je tiens également à louer tous les efforts accomplis par tous ceux qui avec leur association aident les plus fragiles, et les accompagnent dans l’insertion, un réseau efficace pour ne laisser personne sur le bord du chemin.

Mais aussi les associations qui défendent les locataires et qui ont beaucoup à faire tant le droit au logement se trouve bafoué en permanence.

 

Vous parlez des béglais et de l’altérité qui les caractérise, je pourrais le faire pendant des heures car je peux témoigner de moments vécus qui expriment de mille façons ce goût du vivre ensemble et du partage. Je tenais ce soir à parler de vous, de vos savoirs faire comme de votre capacité à construire du commun parce que notre avenir en dépend. C’est beaucoup plus qu’un simple vœu, une exigence démocratique pour faire société. Toutes ces potentialités nous allons plus que jamais en avoir besoin.

 

Les projets qui se concoctent tant au plan national qu’au plan local me font dire que nous ne sommes pas prêts de nous reposer. Il y a d’énormes défis à relever. Celui de garder au Département son rôle de proximité pour garantir toutes les solidarités, sociales et territoriales, mais aussi pour faire vivre la démocratie locale et citoyenne. Un défi pour que Bègles continue d’exister face à un projet de métropole boulimique de foncier disponible pour répondre à l’appétit des promoteurs immobiliers et aux placements financiers.

Un défi pour que l’arrivée de la LGV ne fasse pas oublier la qualité de vie et le respect de l’environnement. Un défi pour que le concept de modernité ne masque pas des régressions  sociales et humaines.

Qui mieux que nous tous qui vivons ici, souhaite que Bègles soit toujours mieux le canton la ville où il fait bon vivre et travailler ?

Le changement ne nous fait pas peur ; s’il va dans le sens du progrès humain, bien au contraire ! C’est à cela que je vous invite de participer car sans votre intervention à tous, notre rassemblement aux voix multiples l’avenir serait condamné à s’écrire perpétuellement dans le même sens, la domination des puissants, des plus riches bardés de leur certitude et de leur pouvoir contre le bonheur de chacun qui ne peut se construire qu’avec les autres.

 

Oui Aragon était lucide quand il écrivait si bien « toute idée a besoin pour moi d’un contre-pied, je ne puis supporter les vérités admises je remets l’évidence elle-même en chantier ». Alors oui comme ça la politique ça me plait. Pas vous ?

 

JEAN-JACQUES PARIS

 

Remise des médailles départementales remises à :

- Madame BEZIAT Colette- Co-Présidente du CAB Handball

 

- Madame BRARD Andrée- Présidente Amicale Laïque section Tir à l’Arc

 

- Monsieur DJEDDANE Rachid- Vice Président de Partenia 33

 

- Madame VIGNACQ Michèle- Trésorière du Comité du souvenir des Fusillés de Souge

 

 

Résister et Agir

 Vous pouvez rejoindre les dizaines de citoyennes et citoyens béglais qui ont déjà apporté leur soutien à la candidature de JEAN JACQUES PARIS et MARIE CLAIRE SCHMITZ en signant l'appel ci-dessous en laissant un commentaire  avec votre nom et votre prénom et la qualité avec laquelle vous souhaitez apparaitre.

RESISTER ET AGIR

 

La réforme des retraites l’a montré clairement, ceux qui au parlement comme dans la rue se sont opposés résolument et sans ambigüité au projet du gouvernement ce sont les élus du Front de Gauche. Ils ont, à cette occasion, impulsé des propositions pérennisant notre régime de retraite, en le finançant entre autre, par une répartition non capitaliste des richesses crées par tous. C’est un choix de société.

La cure d’austérité induite par la révision générale des politiques publiques (gel des dotations de l’état) et le désengagement de la fiscalité des entreprises (réforme de la taxe professionnelle)  imposés aux citoyens, pèsent déjà gravement sur les missions de solidarités et de service public dévolues au Conseil Général. Si la mise en place de ces mesures ne rencontre pas une opposition déterminée, cela accentuera le recours accru au financement privé, source de discriminations, d’inégalités, de marginalisations et d’exclusions supplémentaires.

De plus, la loi territoriale votée en novembre dernier, fusionnant les mandats des élus régionaux et des conseillers généraux, éloignera encore plus les citoyens des lieux de décisions. Ainsi on passerait en Gironde en 2014 à 79 conseillers territoriaux contre 99 élus de la région et du département aujourd’hui. Par voie de conséquence, l’accroissement des prérogatives des conseillers territoriaux amoindrira encore l’efficacité politique des élus.

Moins de moyen, moins de démocratie, moins d’efficacité politique, et des incertitudes sur les compétences futures du Conseil Général, tout cela porte en germe la diminution et la dilution des réponses aux besoins sociaux, éducatifs, associatifs et culturels.

Pour combattre ces orientations autant désastreuses que conservatrices, il faut des élus décidés à agir, des élus décidés à impulser des solutions résolument nouvelles en lien avec les citoyens afin de promouvoir un renouveau démocratique.

Mais cela ne se fera pas sans un soutien populaire le plus large possible. C’est pourquoi nous nous engageons clairement aux cotés de ceux qui : Présents sur le terrain de la solidarité et des luttes, sont les plus crédibles et les plus rassembleurs pour résister et garantir les solidarités indispensables au plus grand nombre.

Jean Jacques PARIS  déjà riche du bilan qu’il présentera comme Conseiller Général sortant et

 Marie Claire SCHMITZmilitante syndicale, sont de ceux là.

Parti Communiste Français –Parti de Gauche-Gauche Unitaire- Collectif de citoyens

Nous leur apportons notre soutien :

 

Patrick BASSALER (militant CGT et PCF) - Dominique BELOUGNE (Assistant-Ingénieur Université Victor Segalen Bx2, Syndicaliste, Militant Associatif) - Christiane CABEZA (Conseillère municipale société civile liste Bègles pour tous) - Pierre DEALBERTO (militant syndical) - Stéphane DENOYELLE (Conseiller municipal du groupe Bègles pour tous) - Maxime ERNANDEZ (militant Jeunes communistes) – Olivier FONDRIEST (secrétaire de la section PCF), - Bernard GAMBIER (militant syndical) - Patrick GIMOND (militant association de chômeurs) - Patrick JULOU (militant mutualiste, membre du PCF) - Michel LABROUSSE (militant Bèglais) - Mamadou NIANG (militant associatif et syndical, membre du PG) - Abdourahmane NDIAYE (Conseiller Municipal société civile du Groupe Bègles pour Tous) - Yves NICOLEAU(ouvrier. PCF) - François RABEAU (militant associatif) - Michèle RABEAU (ancienne élue) - Henry ROSSIGNOL (militant PCF) - Christine TEXIER (Conseillère municipale communiste) - Jean ZELLNER (militant associatif) . . .

J.Dominique DUROU (citoyen),Monique AGNOLI (enseignante retraitée),Claude LISSONDE (citoyenne),Bruno AGNOLI(retraité),Marcel GIMENEZ (retaité),Francis FAYE (citoyen), Fanny ZELLNER (Citoyenne,Kinésithérapeute) ,Jacky TOURNERIE(citoyen) ,ROQUILLAS Muriel (Citoyen),AUVINET Michel (Citoyen),KRARIA Yamina (Syndicaliste) ,BOSSARD Patrick (employé), BORDAS Pierre ,OXHARCABAL Cyrille (citoyen),DESCOUBES Fred (citoyen), LABROUSSE Corinne (citoyenne) , RIBEY Maurice (PCF) , AGNOLI Michel (retaité) , FOURMOND Clément (PCF et CGT retraité), VARONA Daniel (PCF), ANGELOT Henri (retraité),JOUANOLOU Christian (citoyen), OPIC Carmen (retraité PCF) ,BLANLOEIL Catherine (éducatrice spécialisée) ,TRIAS Claude, BABOU Kamel,Le MEHAUTE Patrick ,LE MEHAUTE Marie Françoise, PAUL Régis (Militant citoyen),GARRY Georges, HILLAIREAU Sarah,HILLAIREAU Yann,CASTETS Patrick (militant syndical),BERNADAT j.Marie,GUERIN Pascal (anarcho-syndicaliste,charpentier)GAUDIN Nathalie (retraitée), GAUDIN Gérard (retraité), BARROSO Bernard (employé), MORESMAU Xavier (Chômeur), TOURNERIE Albert (retraité), LASSALLE Chantal (employée),LASSALLE J.Bernard, SALENS Nadège (cadre du privé), DJEDDANE Rachid (dirigeant association AMI33),POIRIER Jean (retraité), LABRO Jean Claude (retraité), LUCAS Jérôme (chômeur), ROBIN  Marie Claude (retraitée),ROUSSEAU André (chercheur retraité ,militant des droits de l’Homme ,partout notamment en Palestine),DAVID Denis (employé municipal),TRELY Annie (retraitée), MARTIN Murielle (Adjoint Administratif), DANEL Fabien (Chômeur), LAUNAI Stéphane (serrurier), HENRY- GAMBIER Dominique (DR-CNRS), RIGAUD Jean-François (monteur cadreur associatif),DENOYELLE Stéphanie,

BELLO Michel,GROSSET André,Pivot Michèle, RICHARD Georges,Mr TEYSSONNEAU,CILLARD Nadège,DUPUY Danielle,BIE Nathalie,PAZYBYLAK Colette,SAMPOL Michel ,VERGNOLLE Rose,SCHMITZ Henriette,DUPART Michel (retraité),BEZINGUE Jean, METIVIER Jacques, DOUILLEZ Patrick, MALHERBE Stéphane,Mr VIGNAUD , LEMARIE FANNY, POLLO Romario (syndicaliste), DELGADO Denis ,HATET Robert(PCF), SERVOLLES J Paul (PCF), AIRAULT René (PCF),HARS Bernard, BELLOUMEAU Daniel (PCF) ,SACCAREAU Magalie (PCF), CASTAGNET Bernard (PCF) , LAROCHE Francis (PCF), MARCOS Christophe (PCF) ,LATORRE Christophe ,VELASCO Laurence,ROY Jean Paul, HERAUD YVES, GOMEZ RUFET Martine, DUPOUY Michel,DAURY Pierre,LAPORTE Lydie, LAPEDAGNE , LE FLOCH, DALMAZZO Jean Luc (soudeur),Mr  et Mme JACOPY, SARRAZIN,DIAS- VEIGA, DEHEVORA Eric,NARDONE Marie christine, BRANDAO Vincent,CHEMLOUR Kamel,MOULOUDJ Myriam,BEDIN Stéphane,BERGE Robert,OPIC Jacques, LESPINASSE Colette(retraitée), LAFOY Josette (retraitée),CROCHON Danielle (retraitée),DANDREAU Micheline,BEAU Béatrice,Mme HIMHOF,BONAJIA, CHANTEAU Martine (militante),Mohamed Sayan.

CAYRE Jean (retraité CGT), FENETEAU Serge (Retraité CGT), BUISSON jean luc (retraité CGT), HAYET Robert, COMETS Jacques ,CAZALENS Georges, TASTET Jean,TASTET Pierre, GOMEZ Alain, DUFAURE Gérard, DUC Corinne (salariée CARREFOUR), BOURTRARES Didji (CARREFOUR), VIGNACQ Michèle (retraitée),LASSOU René (CGT), DUCHAMPS Roland (retraité CGT),DUC PUYAUHEAU Tiffany (étudiante), DUC Jean Marc (Crémier), PUYAUHEAU Edith, CHABRIER Olivier (Conseiller du salarié), LAGARDERE Alain, BERGE Robert, LASSOU René, BUISSON Jean Pierre (retraité CGT), HAYET Robert  (retraité SNCF), LASSOU René, GAULIER Daniel, RIVIERE Carole, GONZALEZ Serge (retraité militant PCF), MEZIERES Jean (militant syndical), GOURD Laurent (Professeur) ,LOUBET Annie (retraitée de l’Education nationale), LOUBET Marie pierre (enseignante), FIAT Jean Michel (militant),  Mr LASSAGNE (Syndicaliste), DRUELLE (retraitée), MEZIERES Nicole (militante syndicale), PRUNEAU Bernard, CHERAIR Ziane (militant), GERARD Ghislaine (citoyenne), BACHE Lydie (Etudiante),DUPUY Armelle (conseiller du salarié),GRAEFF-LONCA Christine (Conseiller Prud'homale),MINVIELLE Bruno (militant syndical),BOULET Manuel (militant syndical),Mangard Gilles (Médecin), ECLANCHER Bernard (militant PCF), SIMONE Pierre, HERBER Louis (Militant syndical),MITTEAU André (militant), BACHE Jean Paul (militant PCF),LAUNAI Stéphane (Militant Pcf), LISSONDE Lise (retraitée), BOSSOUTROT Jean luc(militant associatif), BARDOU Valérie (citoyenne), ELAYADI Fatiha (citoyenne), BARDOU Christophe (citoyen),SIMONE Jean (militant associatif),

ROSSIGNOL Maxime (sympathisant),TAUZIN Yvette (PCF), JAVARD Mauricette (adhérente PCF), PASCAL Odette (Sympatisante),PORCHER Joseph,FIAT Maryse,ESTRIBEAU Anny,DUPUY Nathalie, BABOU Farid,LEBRUN Alexandre,GARNIER Thérèse(citoyenne),REANO Philippe (citoyen),ARROYO Jean Hermine (retraité artisan),CHASSEING Hélène (retraitée),LALINDE Jean Paul (retaité) ,BIRON Françoise (retaitée),LAVERGNE Jean(retraité PAB),BISMUTH Lancy (retraitée), ROBERT Germaine (retraitée),LAFON Josette (retraitée),LAFON André (retraité), GOMEZ Maryse (retaitée),ARRIAGA Christian(retraité),BONNIN Robert (retraité), PASSERAT Danielle (Aide ménagère),LAGARDERE Nathalie(fonctionnaire),DIEU Jean-Paul (retraité),RODRIGUEZ Isabelle (retraitée),SCIPION Christianne(retraitée),FILLEAU Pierrette(retraitée),HAULIN Delphine,LALANNE Michel (Militant Associatif),PERINOTTO Patricia(front de gauche).LABROUQUEE Isabelle,ROSSIGNOL Simone (Maire honoraire de Bègles),Béchart Yves (syndicaliste),SANFOURCHE Odette (Militante associative), Mme BAX (retraitée),MARMISSE Franck(citoyen),MARMISSE Sandrine (citoyenne psychologue)

 

 

Nouvelle extension des grandes surfaces à Bègles :un paradoxe

 

 Voici l'avis que j'ai rendu auprès de la Commission Départementale  d'Aménagement Commercial sur la nouvelle demande d’extension de la zone commerciale de l’hypermarché Carrefour Rives d’Arcins.

 

 

Fort d’avoir toujours reçu le soutien de la mairie de Bègles, l’hypermarché Carrefour Rives d’Arcins sollicite de nouveau la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) pour une nouvelle extension de sa surface de vente de 1400 m².

 

Comme conseiller général, je me suis quant à moi déjà prononcé lors des demandes précédentes contre toute nouvelle extension considérant :

 

-que ce secteur est déjà très marqué par la saturation de la circulation automobile

 

-que l’agrandissement permanent de la grande distribution continue de se faire sur le dos des petits commerces de proximité qui participent de l’histoire de la commune et du lien social qui y règne encore.

 

Cet avis avait jusqu’ici été partagé par la Commission Départementale d’Aménagement Commercial, avis malheureusement contredit par la commission nationale sollicitée par la municipalité de Bègles.

 

Il serait pour le moins paradoxal de voir une nouvelle fois la municipalité et son maire écologiste soutenir une nouvelle extension de la grande distribution alors qu’ils sont comme moi attachés au développement des circuits courts de production et de consommation. Gageons qu’il n’en sera rien !

 

Pour ma part, je ne me résous pas à ce que les béglais soient pris en étau entre une circulation automobile et de poids lourds toujours plus intense, générant des gaz à effet de serre sans cesse croissants et une LGV qui amplifiera gravement les nuisances sonores et les vibrations, intensifiées par la multiplication des passages de trains.

 

 

 

EURATLANTIQUE ? Un enjeu démocratique majeur.

La presse se fait échos de plusieurs réunions au sujet d'Euratlantique;voilà ce que j'en disait lors du conseil municipal du 30 juin.

 

Il n’échappera à personne que la gouvernance de l’opération d’intérêt national « Euratlantique » pose de fait la question de la démocratie.

Elle entraîne une perte de maîtrise de la collectivité sur l’aménagement du territoire communal.

C’est donc sur ce premier aspect qu’il nous faut intervenir.

Déjà, plusieurs associations béglaises, mais aussi bordelaises, ont pris des initiatives pour se réapproprier leur cadre de vie et reprendre la main sur les choix à venir.

Et ce n’est pas un semblant de concertation ou un gadget participatif qu’il faut mettre en place.

Mais plutôt, comme je l’ai exprimé il y a quelques jours dans la tribune pour le prochain journal municipal « un conseil local de développement écologique et solidaire dans lequel siègeraient associations, syndicats, chefs d’entreprise, élus, pour élaborer un projet de territoire. Un conseil qui devra être au même niveau d’information que l’établissement public Euratlantique.

C’est bien de partage de pouvoirs dont il s’agit pour que soit respecté en tout point l’intérêt général.

Il faut sortir cette affaire des mains des quelques-uns qui se croient autorisés de décider pour nous tous, en recherche d’opérations financières juteuses.

Nous n’avons pu recevoir les annexes du document de présentation que tard hier soir et pourtant, sans leur étude, il est difficile de mesurer l’impact sur la commune de l’opération.

Regardons-y de plus près :

Il apparaît clairement que le bénéfice des investissements projetés va avant tout profiter à Bordeaux qui dispose de l’essentiel du foncier public. Bègles ne disposant que de l’emprise de la gare et du patrimoine d’ICF (logements SNCF), du centre de Tri et de l’AFPA.

Il est clair que les investissements prioritaires vont se faire autour de la gare de Bordeaux St Jean.

Ce qui est certain, c’est que Bègles sera alors impacté par le passage de la LGV avec bien entendu les nuisances importantes qu’elle produira.

A ce jour, rien n’est moins sûr que les mesures prises seront efficaces tant il reste d’incertitudes sur le financement nécessaire.

D’ailleurs au passage, j’ai du mal à saisir la répulsion ressentie par le maire et les écologistes pour la LGV et dans un même temps l’adoration d’Euratlantique qui organise son arrivée.

J’aurais attendu d’un maire écologiste plus de prudence et un peu de cohérence. Vous pourrez toujours dire que vous n’en êtes pas à un détail près, défenseur de circuits courts, vous êtes de toutes les batailles pour développer la grande distribution sur la commune, contre l’avis même de la commission départementale d’urbanisme commercial.

Le plus beau c’est que votre majorité vous suit sans état d’âme.

En définitive, Bègles va se trouver aliéné à la conception métropolitaine chère à Alain Juppé et à son seul avantage. Tout va se faire et s’aménager au bénéfice de la ville centre.

Si nous regardons de plus près le plan de financement, il y a de quoi s’interroger.

Tout d’abord, la prévision de 97 Millions d’€ de déficit à combler par des subventions. Je ne peux m’empêcher de rapprocher cette estimation de celle de l’ORU il y a quelques années.

L’apport de la ville a dû être multiplié par 3.

Compte tenu de la conjoncture économique, mais aussi de la cure d’austérité que nous prépare le gouvernement, rien n’est moins sûr que les financements publics.

D’ailleurs vous nous proposez, comme c’est le cas pour la LGV SEA, de voter des pourcentages d’un déficit qui peut largement se creuser.

Mais même si nous en restions à 7 Millions d’€ pour la ville de Bègles, cela équivaudrait à une contribution de 280€ par habitant quand Bordeaux n’acquitterait que 83€ par habitant.

Si l’équation, vous le voyez, a beaucoup d’inconnues, ce qui est clair dans le montage financier proposé, c’est que le Béglais aura les inconvénients et les nuisances au seul bénéfice de Bordeaux qui paiera peu et bénéficiera des retombées économiques.

Nous ne tenons pas à ce que les Béglais soient les parents pauvres de l’opération. Nous n’accepterons pas que Bègles fasse les frais du passage de la LGV, nous n’accepterons pas que ce soit l’occasion de chasser encore des entreprises, des services publics, des emplois pour récupérer encore du foncier ou des bâtiments comme vous semblez l’envisager avec la Trésorerie, après avoir laissé partir la sécurité sociale.

Autant de services qui participent à l’activité d’une commune et facilitent la vie de ses habitants.

Quand un tiers de la surface habitable de Bègles est en jeu, nous ne pouvons confier les clés à la ville de Bordeaux et à son maire qui a d’autres idées en tête que les intérêts des Béglais. Il faut être naïf pour croire le contraire.

Alors, soyez assurés, M. le Maire, chers collègues, que le groupe « Bègles pour tous », ses élus, vont particulièrement s’occuper d’Euratlantique avec les citoyens et leurs associations, avec les salariés des entreprises publiques et privées menacées, avec les riverains des voies ferrées.

Or, si comme vous le dites encore vous voulez défendre Bègles et ses habitants, je vous le dis très simplement, nous ne manquerons pas à l’appel.